<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=495268270814132&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
< Retour

Seri Mobilier Urbain@est une entreprise qui...

Pré-qualification : pourquoi choisir un cabinet de recrutement pour faire le premier tri dans les CV ?

ENTREPRISE

Seri Mobilier Urbain

SIÈGE

Chatellerault, Nouvelle Aquitaine

SECTEUR

Construction / BTP

FORCE DE VENTE

Plus de 10

Seri Mobilier Urbain@est une entreprise qui conçoit, produit et commercialise du mobilier urbain. Quand un de leurs commerciaux à Bordeaux décide de quitter la société, ils doivent trouver quelqu’un pour le remplacer. Ils se trouvent malgré eux confrontés à un manque de candidatures.

 

Comment avez-vous connu Uptoo ?

Tany m’a appelé et relancé plusieurs fois. A chaque fois je trouvais son discours intéressant mais ça ne tombait pas bien, pas dans le bon tempo. Il n’a cessé de me relancer jusqu’à ce que ce soit le bon jour, le bon moment où j’avais le besoin. C’était bien. C’était du vrai bon commercial.

 

Quels étaient les enjeux pour votre recrutement ?

On avait un commercial qui venait de partir de Bordeaux. J’avais donc passé une annonce sur l’APEC mais je n’ai pas eu de succès. Ce jour-là Tany m’a appelé et je me suis laissé tenter. Il m’a bien expliqué votre offre ; je suis venu vous rencontrer et j’ai trouvé que c’était bien, ça donnait envie d’essayer. Et ce n’était pas très cher.

 

Comment vous êtes-vous armés pour trouver les bons ?

Avant je mandatais des cabinets, je passais des annonces sur les sites d’emploi etc. Mais pour ce recrutement, je n’ai fait appel qu’à Uptoo. Je n’ai pas recontacté les autres cabinets car j’avais toujours des missions en cours qui ne fonctionnaient pas et je voulais tenter du nouveau pour cette fois-ci.

Quand je suis venu chez Uptoo, j’ai vu le rythme qu’il y avait dans les entretiens.

Qu’est-ce qui rendait le recrutement difficile ?

Ce qui rend le recrutement de commerciaux difficile, c’est que, quand j’ai appris à faire du recrutement, on postait les annonces dans la presse. Ça, je savais faire : je publiais une annonce dans le Figaro ou l’Express, et j’avais une réponse rapidement.

Il n’y avait pas cette fluidité que propose internet, il est parfois difficile de s’y retrouver. Je ne sais pas sélectionner les CV alors je perds du temps à les appeler tous. Je les ai surement trop longtemps au téléphone.

Quand je suis venu chez Uptoo, j’ai vu le rythme qu’il y avait dans les entretiens. Avec moi, cela prenait trop de temps car je ne savais pas faire. J’appelle tous les candidats car je ne sais pas trier les CV.

Quand vous êtes un cabinet, vous n’avez pas le devoir d’être “gentil” au téléphone. Vous appelez, vous dites “j’ai vu votre candidature, ce que je vous propose c’est qu’on passe 5 minutes ensemble pour voir si ça match et on voit ce que ça donne’. Quand vous êtes le dirigeant de l’entreprise, vous ne pouvez pas faire ça. Vous appelez la personne, elle vous rappelle, il faut que ça corresponde bien : si je prends un rendez-vous avec un candidat de 8h à 8h30, je ne peux pas lui dire au bout de 3 minutes que j’ai toutes les informations nécessaires. Parfois, au bout de 20 secondes, je vois que ça ne match pas mais je dois rester au téléphone par politesse.

Le recrutement est un métier qui demande de l’abattage, il y a un côté speed-dating. Moi en tant que dirigeant, je ne peux pas faire de speed dating, j’incarne trop l’entreprise pour faire ça. Les candidats sont même surpris d’avoir le dirigeant de l’entreprise au début. Donc faire un premier filtre avec Uptoo était top. 

Vous n’avez pas de candidatures avec l’APEC mais nous allons vous en avoir un grand nombre et nous pourrons vous les trier.

Pourquoi avez-vous choisi Uptoo ?

Je n’ai pas choisi Uptoo : j’ai rencontré Tany, le commercial, au bon moment. J’ai aimé son discours, l’entretien s’est bien déroulé et j’ai senti que ça pourrait marcher ; je suis donc allé plus loin car je trouvais que ça valait le coup d’essayer. Et cette première expérience réussie m’incite à me lier.

Uptoo m’a dit “vous n’avez pas de candidatures avec l’APEC ? Nous allons vous en avoir un grand nombre via notre sourcing massif et nous pourrons ensuite vous les trier”. Après, au fur et à mesure qu’on avançait, je me suis rendu compte qu’avec Charlène j’avais la chance d’être tombé sur quelqu’un qui avait beaucoup de discernement. A l’origine, elle m’a débriefé sur les candidats shortlistés qu’elle trouvait les meilleurs. Personnellement, son appréciation, je n’en ai pas tenu compte ; et j’ai eu des entretiens téléphoniques longs avec tous les candidats qu’elle m’avait présenté. 

Les 2 qu’on a retenu au dernier tour sont les 2 dont elle m’avait dit “ils sont très bien”. Elle a vraiment bien compris le poste.

 

Qu’est-ce que vous avez le plus aimé dans votre relation avec Uptoo ?

Charlène ! Elle est attentive, elle écoute très bien, elle est rapide, perspicace, persévérante. D’autre part je pense que l’organisation générale d’Uptoo valorise ses qualités. Il y a un bon mixe des outils de travail fournis par Uptoo et de ses qualités propres.

 

Un dernier mot pour la fin, que vous souhaite-t-on pour la suite ?

Que monsieur Gaborit fonctionne bien, qu’il s’intègre bien à l’entreprise. La prochaine mission commerciale que j’aurais et qui devrait être très bientôt, je la confierai à Uptoo, ça c’est sûr !

 

Eric Lenoir
Eric Lenoir Directeur Général chez SERI
Après une école de commerce, Eric Lenoir a travaillé 18 mois comme attaché de direction puis comme attaché commercial. Par la suite, il a travaillé 10 ans dans le transport express, où il a été responsable RH puis directeur de filiale, directeur de centre de profit et de centre de réseaux des agences. Enfin, Eric Lenoir est rentré chez SERI et cela fait 12 ans. SERI est leader du mobilier urbain non publicitaire.

Seri Mobilier Urbain@est une entreprise qui...

Pré-qualification : pourquoi choisir un cabinet de recrutement pour faire le premier tri dans les CV ?
Lire le témoignage ->

Hesus@propose aux entreprises du BTP...

Comment recruter de bons commerciaux en Ile-De-France ?
Lire le témoignage ->